PASTEL A L’HUILE

Posté par yenle le 15 mars 2009

C’est en travaillant dans l’atelier d’un ami peintre que j’ai découvert le pastel à l’huile. Celui ci m’avait donné sa petite boîte entamée de pastels TALENS  dont il n’appréciait pas le maniement en pensant qu’elle pourrait m’intéresser. Au premier essai, je fus de son avis et, pas convaincue du tout, je laissais cette boîte dans un coin de mon atelier pour me consacrer entièrement à la peinture à l’huile. Quelques années plus tard, à la suite d’une intervention chirurgicale sur mes yeux et poursuivant une longue convalescence, je retrouvais cette petite boîte dans un de mes placards et décidais de m’y intéresser de plus prés. 

 

HISTORIQUE 

Le pastel à l’huile a une histoire très courte, surtout lorsqu’on le compare à d’autres procédés comme la peinture à l’encaustique, vieille de deux mille ans, et la peinture à l’huile qui a six cents ans. Les artistes ont commencé à utiliser le pastel tendre au XVIII siècle pour la peinture des portraits. Au début des années 80, les pastels n’étaient pas pris au sérieux  ils s’adressaient surtout aux enfants.  La compagnie japonaise SAKURA a été la première à fabriquer des pastels à l‘huile en 1925. Ce n’est qu’en 1949 que, convaincu par les peintres Henri GOETZ et Pablo PICASSO de mettre au point une version professionnelle des pastels pour enfants , Henri SENNELLIER conçut en collaboration avec les deux artistes un pastel de consistance exceptionnellement crémeuse offrant une palette subtile. D’autres fabricants comme Caran d’Ache, Panda, Holbein etc. Qui comme TALENS en fabriquaient déjà  suivirent ce mouvement en améliorant leur forme et leur consistance. 

TECHNIQUE  

La technique du pastel à l’huile est basée sur une relation  directe entre le geste de l’artiste et son oeuvre, aucun outil, pinceau, couteau à palette ou autre instrument n’intervient.  

Le pastel à l’huile nécessite un travail physique considérable, chaque couche n’étant obtenue que par un frottage répété. Les empâtements au pastel à l’huile se compliquent du fait que la matière ne sèche jamais. C’est pourquoi il ne faut pas  confondre pastels l’huile et bâton à l’huile, qui  lui  sèche  en trois jours environ.  

C’est un avantage dans la mesure ou l’on n’ est jamais à court de temps pour achever une idée mais il faut une grande dextérité si l’on veut appliquer une nouvelle couche sans perturber celles du dessous. Il faut avoir la main légère et ne pas appuyer trop fort pour ne pas détériorer la couche déjà existante.  

Le grand artiste Georges SEURAT a montré que la couleur semble plus riche si elle se mélange dans l’œil et non sur la palette. Les couleurs sont beaucoup plus éclatantes lorsque celles-ci sont appliquées en superposition et non fondues en les frottant avec le doigt. Le Pastel à l’huile est sensible aux changements de saison donc il est recommandé d’utiliser les pastels tendres en hiver et les textures dures lorsqu’il fait chaud.  

Laisser un commentaire

 

REVERIES EN MORCEAUX |
l'art et l'esprit du thé |
ARTINE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | poesie populaire
| agraphiK
| Xeon Design